Actualités

Mission CorSeaCare 2022 - Carnet de bord #2 et #3

Nous ne sommes désormais plus que 7 CorSeaCarios depuis que notre cher cuisinier a quitté l’aventure. Certes, cuisiner en itinérance n’est pas une tâche facile… surtout en camping. Mais pas de panique : l’équipe se soude autour des fourneaux et nos cuisiniers en herbe reprennent les rennes !

Nicolino aux fourneaux !

25/07 à Porto

Les navigations s’allongent et la fatigue s’accumule. La mer reste immobile, le vent toujours aussi absent, et la chaleur écrasante... Deux pédaliers sur quatre nous lâchent tellement nous devons pédaler fort pour arriver le plus vite possible à la prochaine étape avant que le soleil nous cuise.

Pendant la navigation de Cargèse vers Porto, nous faisons un arrêt dans la crique sauvage de Cala Genovese. Véritable petit paradis à l'aplomb du Capu Rossu, inaccessible à pieds, cette minuscule plage de galets se révèle être en fait un piège de plastique... Certains sont encore identifiables : emballages plastiques, bouchons, bouteilles, gobelets, morceaux de filets de pêche. Mais la plupart sont tellement concassés par le ressac qu'il n'en subsiste que quelques filaments ou fragments totalement informes. À la surface de l’eau, on constate également une grande quantité de microplastiques flottants, dangereux car ils pénètrent la chaîne alimentaire dès le maillon le plus petit. Cette véritable zone d’accumulation de déchets est provoquée par la dynamique des courants, l'orientation et la typographie de cette crique encaissée. Nous en collectons une partie pour nos analyses scientifiques mais nous en laissons la grande majorité derrière nous car il est impossible de tout ramasser. On se sent à la fois coupable et impuissant face à une telle zone d’accumulation. Nous rejoignons ensuite l’équipe terre pour l'étape de tri-caractérisation des déchets. Nos données, répertoriées via le réseau de surveillance européen piloté par le CEDRE, ainsi que sur la plateforme Zéro Déchet Sauvage, coordonnée par Mer Terre et le Muséum National d'Histoire Naturelle, contribuent à la compréhension des pollutions des littoraux méditerranéens. Plus les données seront riches, plus on aura d'outils et de leviers pour organiser la lutte contre ces pollutions, et même opérer des changements de législation au niveau international.

La petite crique de Cala Genovese
Une petite partie des déchets collectés par Léa : en majorité des morceaux d'emballages plastiques

Portés par une mer placide jusqu'à Porto, nous accostons sur la longue plage de galets noirs. Pendant que nous dormons à poings fermés, tentant de récupérer de cette dure journée, le vent se lève alors que nous ne l'attendions plus... Mais, le lendemain, tandis que nous nous apprêtons à reprendre la mer pour Girolata, nous constatons avec effroi que Rescousse, notre trimaran jaune, a disparu ! Nous l’avait-on volé ? Etrange, pourquoi restait-il seulement un flotteur jaune sur la plage ? Rascasse, notre trimaran rouge, était quant à lui toujours là. Paniqués nous courrons partout sur la plage en essayant de l’apercevoir quelque part, nos yeux en direction des rochers, où nous pensons voir Rescousse fracassé. Nous l’apercevons finalement, accosté dans le port de Porto. Quel soulagement ! La capitainerie nous explique alors que le trimaran avait dérivé avec la houle et qu’un homme (notre héros) sur son bateau a pu le rapatrier à bon port. Le trimaran était endommagé mais réparable car seuls les bras gauches ont subi des chocs par la force de la houle. Nous tirons de cette grosse frayeur une double leçon : bien anticiper la météo la veille, et toujours beacher nos embarcations au plus haut de la plage !

L'état dans lequel nous avons retrouvé Rescousse dans le port de Porto

28/07 à Girolata

Coup de cœur pour Girolata

À défaut de pouvoir naviguer (RIP Rescousse), nous empruntons à pieds le sentier du facteur en direction de Girolata, véritable village de pirate, inaccessible par la route. Ce village unique d’une dizaine d’habitants à l’année voit sa population multipliée par dix en période estivale. Ceci pose un sérieux problème pour la gestion des déchets. Nous avons eu la chance de pouvoir en discuter avec les habitants lors de notre table ronde dédiée à la pollution plastique. Dix ans en arrière, ils enselevissaient leur détritus dans un champ au-dessus du village. Nous vous laissons deviner où se retrouvaient les déchets après le moindre coup de vent… Aujourd’hui, le village est exemplaire dans sa mise en oeuvre du tri sélectif , en séparant le verre, le plastique, le métal et les déchets organiques. Ce tri permet alors de mieux en gérer l’évacuation : les déchets non recyclables sont transportés trois fois par an par hélicoptère et récupérés par un camion pour être conduits à la décharge de Tallone et les déchets triés sont évacués par une barge vers Porto puis vers le centre de déchets de Piana. Une gestion des déchets, malgré tout, bien coûteuse.

L'équipe à Girolata

30/07 à la STARESO

Visite à la STARESO

Avant d’arriver à Calvi, nous passons une nuit à la STARESO, une station de recherches sous-marines et océanographiques de renommée mondiale, implantée dans un endroit de rêve : la pointe de la Revellata. Escale traditionnelle de la Mission CorSeaCare, l’équipe de la Station nous accueille comme leur propre famille. Après une visite de la Station, nous échangeons sur leurs projets de recherche, ainsi que sur nos missions. À travers leurs nombreux projets d’étude de la biodiversité, ils étudient l’impact de l’activité humaine sur le milieu marin et cherchent les solutions pour y remédier. Nous avons passé une soirée inoubliable où nous avons fêté l’anniversaire de Nicolino avec un gâteau improvisé et des cocktails bien travaillés.

Peut-être qu’un de nous y retournera un jour, mais en tant que chercheur !

L'équipe à la STARESO

01/08 à Calvi

Calvi-Balagne championne du tri !

Arrivés à Calvi, nous avons la chance de pouvoir échanger avec Colette Castagnoli, membre de la direction collégiale de Zeru Frazu, et Sophie Dallest-Franchi, responsable du tri sélectif de la communauté de communes Calvi-Balagne.

Nous y animons une table ronde avec captation vidéo pour aborder les mesures qui existent pour la prévention et la gestion des déchets en Corse et leurs contraintes. La communauté de communes Calvi-Balagne fait figure de pionnière dans sa mise en place progressive - mais rapide - du tri en porte-à-porte et de la collecte séparée des biodéchets, contribuant ainsi à diminuer de moitié la quantité de déchets résiduels produite et à augmenter considérablement le pourcentage de déchets triés et revalorisés. Sophie nous explique également que sur ce territoire, et en Corse de manière générale, la gestion des déchets est un véritable challenge durant la période estivale, période pendant laquelle la population est multipliée par 5 ! La captation de notre entretien avec Colette et Sophie sera d’ailleurs diffusée prochainement !

Micros coupés, matériel remballé, nous enchaînons avec une déambulation dans Calvi pour visiter les plaques “Ici commence la mer” positionnées au niveau des bouches d'égout de la ville. Installées aussi dans les différents villages de l'intercommunalité, ces 26 plaques ont pour but de sensibiliser les riverains contre l'incivilité, notamment certains fumeurs, qui ont la facheuse tendance de jeter leur mégot par terre. En effet, lorsque l’on sait que 80 % des détritus retrouvés dans les océans sont d’origine terrestre, et qu'un seul mégot est susceptible de polluer 500 litres d’eau, en libérant ses polluants chimiques pendant 12 ans, cette initiative semble être une contribution bien utile.

Merci à Sophie et à Colette pour cet échange !
Plaquette de sensibilisation "Ici commence la mer"

Nous poursuivons notre déambulation jusqu'au port de Calvi, où le Président de l'intercommunalité, François-Marie Marchetti, nous attend pour nous montrer une seconde mesure de prévention : l'installation d'un filet anti-macrodéchet Pollustock au niveau de l'exutoire des eaux pluviales de la Tour de Sel. L'objectif est double : retenir les macrodéchets entraînés par les eaux pluviales avant leur déversement dans le port, et mieux comprendre les quantités et types de déchets qui se retrouvent ainsi dans les rues puis entraînés par la pluie jusqu'à la mer. L'échange avec les élus de l'intercommunalité se poursuit ensuite autour d'un verre en terrasse, l'occasion d'aborder plus en détails les perspectives en termes de prévention des pollutions plastiques.

Filet anti-macrodéchets POLLUSTOCK

Le Rescousse réparé, nous quittons Calvi et remettons les voiles vers le Cap où de nombreuses actions et collectes de déchets nous attendent encore !

Suivez-nous sur nos réseaux pour ne rien rater de nos évènements à venir !

D’ailleurs, la soirée de clôture de la mission approche à grand pas… et nous vous donnons d'ores et déjà RDV le samedi 13 août à 21h00 au Mantinum de Bastia pour la restitution de nos travaux, ainsi qu'une conférence sur la pollution plastique !

À prestu !

Author image

About Mare Vivu