Actualités

Mission CorSeaCare 2022 - Carnet de bord #1

Voici une semaine que la Mission CorSeaCare 2022 a commencé et nous avons déjà tant de choses à partager.

L’arrivée à Bastia

Après de nombreux échanges à distance pour préparer la mission, on se retrouve enfin tous les huit pour la formation CorSeaCare au QG de l'association à Bastia. Nous avons pu bénéficier de la grande expérience des bénévoles de Mare Vivu et anciens CorSeaCarios qui nous ont, bien sûr, formés aux différentes missions, mais, par-dessus tout, préparés aux potentiels obstacles face auxquels il ne faudra jamais se décourager ! Ces 3 jours de formation sont riches en rencontres et en apprentissage, et nous en ressortons comme de bons petits moussaillons bien équipés pour cette aventure de folie !

Le temps de passer à la pratique !

Nous larguons les amarres pour la première fois dans le cadre idyllique de Bonifacio et effectuons les premiers protocoles scientifiques en mer. Les premières navigations sont chanceuses, nous naviguons sur une mer d’huile. En revanche, l’absence de vent chauffe bien les cuisses qui rôtissent au soleil. Pendant les transects, nos yeux guettent les déchets et pendant les temps de pause, nos yeux s’écarquillent devant les dauphins et les balbuzards.

Le grand départ de Bonifacio

La navigation de Senetosa à Cupabia

Afin d’éviter les chaleurs insupportables de la mi-journée, nous partons aux aurores de Senetosa où nous avions passé la première partie de la nuit à veiller les étoiles et la deuxième à ronfler au refuge insolite du phare de Senetosa.

En esquivant les oursins, méduses et rochers nous mettons à l’eau les deux trimarans (Rascasse et Rescousse) et prenons le large.

Pas loin de la plage d’arrivée, nous apercevons un bout flottant et nous en rapprochons pour le récupérer. Ce que nous pensions être un petit bout de corde, s’avérait n’être que la partie émergée de l’iceberg. Nous le tirons hors de l’eau en espérant pouvoir bientôt en voir le bout et le rapporter sur terre, mais il était rattaché à un filet qui se déroulait sans fin dans nos mains. Peu à peu, le trimaran s’alourdissait. Le processus s’interrompit lorsqu’un chapon agonisant apparut hors de l’eau, piégé dans le filet. Nous étions désolés pour ce chapon qui était impossible de libérer à cause de ses épines venimeuses. On appela donc le CROSS Méditerranée pour les alerter de la présence de ce filet fantôme et leur envoyer sa géolocalisation. Nous avons accroché un pare-battage au bout afin qu’il soit facilement retrouvé. Les filets de pêche fantômes ont un impact sur la biodiversité conséquent car ils se dégradent très lentement dans les environnements marins et continuent de piéger des poissons et animaux marins.

Juliana en pleine action !
Le message laissé sur le pare-battage que nous avons attaché au filet

Les ateliers de sensibilisation

Au cours de cette première semaine, nous avons animé de nombreux ateliers de sensibilisation multi générations sur les plages et avec des enfants à l’école élémentaire de Propriano. Nous avons tous été touchés par la forte attention que les enfants ont portée à l’environnement de leur île et aux enjeux écologiques qui y sont liés. Ils s’approprient ces questions et veulent être des acteurs responsables et engagés. Tous nous ont affirmé avoir déjà vu des déchets plastiques sur les plages où ils jouent. C’est à travers des ateliers de créativité et sportifs que nous arrivons à captiver l’attention des enfants et leur transmettre une conscience écologique.

Notre position n’est pas de donner des leçons mais de transmettre des clés de compréhension pour que chacun puisse s’engager à sa hauteur. Nous voulons plutôt leur transmettre notre passion pour la mer et ses habitants.

Atelier "Plastic detective" mené par Léa
Atelier "Art'Plastic" mené par Céline

Cette aventure ne fait que commencer et nous gardons la pêche pour la suite. En espérant que le vent se lève, à prestu !

CorSeaCarios 2022

Author image

About Mare Vivu